Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook

Les séances de sylvothérapie pour les enfants

Les séances de sylvothérapie pour les enfants

Quand on me demande de définir la sylvothérapie en quelques mots, je réponds qu’il s’agit d’un type d’accompagnement de personnes, en individuel ou en groupe, en utilisant la forêt et ses éléments comme supports à des activités qui permettront, selon les besoins, d’apporter du bien-être, de gérer son stress, ou bien de « travailler » sur de problématiques spécifiques.

 

J’avoue qu’à la lecture de ces quelques lignes, on ne pense pas forcément à un public d’enfants.


Et pourtant…

 

Je dis souvent que le grand intérêt de la sylvothérapie, c’est son adaptabilité. Elle le prouve encore dans ce cas précis.
Il « suffit » donc de bien définir le type de séances à leur proposer.

 

 

Les sorties « loisirs ».

Leur but est de faire passer un bon moment aux enfants, pour leur donner le goût de l’extérieur et leur montrer qu’il faut peu de choses pour s’amuser. C’est également, et c’est important, l’occasion de leur faire découvrir la forêt, et de façon plus large la Nature et l’Environnement, car c’est de cette connaissance que naît le respect.


Pendant ces sorties, on mise sur trois choses :


– le shinrin yoku : on réveille les 5 sens, et on entre dans la contemplation de toutes les petites et grandes choses que l’on peut trouver en forêt. Je parle de contemplation, car l’idéal est de ne pas rentrer dans un processus intellectuel. On est pas là pour donner le nom des insectes, des plantes, etc. Ça c’est à réserver à des sorties spécifiques de botaniques, ou avec des guides nature.


– les activités ludiques et/ou créatives : il faut les occuper, booster leur créativité, les amuser, leur apprendre à être autonome et à fonctionner en groupe, leur apprendre à être en compétition ou au contraire à travailler de façon collaborative. Une petite école de la vie quoi.


– « last but not least » comme on dit (en français dans le texte : la dernière chose, mais pas des moindres) : on trouve l’équilibre entre « canaliser leur énergie » et « tenir compte de leur fatigabilité » selon leurs âges et leur nombre, etc. 

 

 

Les sorties « complicité/ cohésion ».

Il s’agit d’une déclinaison des sorties « loisirs ».
Au lieu de faire la sortie avec un groupe d’enfants, on peut la faire avec plusieurs binômes parent (ou accompagnant) /enfant, ou bien avec une famille.


Dans ce cadre, on ne doit pas perdre de vue que l’objet principal de la sortie est de créer un moment de convivialité et de partage entre parents et enfants, voir de retisser ou créer des liens entre les différents membres d’une famille (comme par exemple dans le cadre d’une famille recomposée).

 

 

La gestion du stress ou des difficultés éventuelles.

Et oui, car malheureusement, les enfants sont également victimes de stress, à différents degrés, ou de difficultés d’ordres psycho-émotionnelles.


Dans ce cas, on repart sur des sorties de sylvothéapies plus « classiques », mais on réduit la durée de la sortie pour l’adapter à leur rythmer et à leur fatigabilité. On adapte également le vocabulaire et les activités proposées pour qu’elles soient compréhensibles par les enfants. Il faut leur proposer un espace sécurisant dans lequel ils pourront exprimer ce qui doit l’être, ou se détendre.


Le but n’est pas, je le précise quand même, de remplacer un psychothérapeute ou un psychiatre, mais plutôt d’apporter un accompagnement complémentaire à ce travail, qui peut d’ailleurs être fait en accord avec d’autres professionnels.

 

 

J’espère que ces quelques lignes vous auront intéressées.
N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez une question ou une remarque.

 

(crédit photo : Annie Spratt)

Laisser un commentaire

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook